Après d’illustres prédécesseurs –le moindre n’étant pas Handel et son célèbre Orlando–, Joseph Haydn et son librettiste Nunziato Porta nous content à leur tour les aventures échevelées des héros de L’Arioste.

Dans une œuvre mélangeant sérieux et comique, magie et héroïsme, les deux auteurs mènent l’action sur un rythme endiablé dont la virtuosité n’est pas sans annoncer un certain Rossini.