Elektra

Musical workComposerDate of performancesCityCompany
ElektraStrauss,R27/10/2013 - 01/12/2013ParisOpéra National de ParisView performance details
Help us improve information on this page

" Elektra " ! Beaucoup d’amateurs d’opéra se posaient la question : quelle mise en scène proposer de cet opéra un peu plus de deux mois à peine après la quasi perfection de celle de Patrice Chéreau – auréolé en outre par sa mort – à Aix-en-Provence ?

Robert Carsen, celui-là même dont le " Rigoletto " n’avait guère répondu à l’attente à Aix justement, relève brillamment le défi. Sa version est aussi pertinente que convaincante ! Elle justifie les ovations qu’elle suscite !

A Mycènes, c’est une " exaspération " générale qui s’est emparée des êtres, des âmes et des corps. Elle atteint son paroxysme dans la famille du roi Agamemnon, assassiné à son retour de la guerre de Troie par Clytemnestre, son épouse, et Egisthe, l’amant de celle-ci. Electre, sa fille, rejetée et méprisée par tous, n’est plus que soif de vengeance. Quant à Chrysothémis, sa sœur, elle aspire en vain à une vie normale de jeune femme. Tous sont prisonniers de l’épouvantable huis clos du palais. Oreste, le frère autrefois exilé, reviendra. La vengeance s’accomplira.

Cette " tragédie ", sans cesse réécrite et réinterprétée depuis l’antiquité grecque, Richard Strauss l’a faite sienne à son tour. Et ce qu’il impose à l’unisson de l’exaspération des sentiments, c’est l’extraordinaire exaspération de sa musique. Un orchestre renforcé crie – d’un cri merveilleux – ces haines et ces frustrations-là dans un travail fabuleux d’orchestration. A-t-on jamais aussi bien valorisé un orchestre ? Et Philippe Jordan est le meilleur capitaine qui soit pour son Orchestre de l’Opéra de Paris au cœur de la tempête sonore. Quels cris aussi – si prenants - que ceux des personnages au comble de leurs passions. Et quelle distribution que celle-là qui s’impose dans l’excellence, voix et corps.

Mais ce qui fait culminer cette exaspération, c’est la mise en scène de Robert Carsen. Au milieu du plateau recouvert de terre battue et ceinturé de parois immenses, infranchissables, s’ouvre la tombe d’Agamemnon. Le mort est là, figure désormais indépassable, inexpulsable. Des projecteurs saisissent, happent les personnages dans les contrastes de leurs ombres et de leur lumière ; et quelle idée bienvenue que celle de ce " chœur antique " composé de jeunes femmes à l’image d’Electre, dont la chorégraphie multiplie ce que chantent les notes et les mots.

Cette " Elektra " est donc bien réellement une cérémonie à la fois tragique et - c’est un des bonheurs paradoxaux du théâtre et de l’opéra – si réjouissante.

Stéphane Gilbart

Photo Opéra National de Paris / Charles Duprat

Elektra

Other ArticlesSee All (203)

Jan - Feb 2020
Don Carlos (Verdi)
Nov 2017 - Jun 2018
Rigoletto (Verdi)
Jul 2016
Il Trionfo del Tempo e del Disinganno (Händel)
Jul 2016
Il Trionfo del Tempo e del Disinganno (Händel)
Feb 2015
Così fan tutte (Mozart)
May - Jun 2015
Madama Butterfly (Puccini)
Jun 2015
Madama Butterfly (Puccini)
© 2021 Operabase Media Limited or its affiliated companies. All rights reserved.