Allex Aguilera

Stage director
Bio:
Bio:

Repertoire

Composer & WorkRoleProductions
Bizet
CarmenStage director1
Set designer1
Donizetti
Lucia di LammermoorStage director1
Set designer1
Biography
Allex Aguilera
Stage director
Full name: Allex Aguilera
Videos
Images
Reviews
(...) Sur les mots « A terra ! », l’épouse apeurée résiste. Dans un bel effet cinématographique, elle s’accroche à son bourreau, avant de chuter, lentement. Il y a, dans tout ce passage, de fascinantes correspondances entre les couleurs, les mouvements et la musique, et les éclairages de Laurent Castaing prolongent mystérieusement chaque accord, comme s’ils effleuraient les âmes, dans l’exploration d’un monde intérieur. Ces lumières créent une ambiance captivante dans tout l’opéra, avec des dégradés de couleurs, chaudes ou glacées, orange, jaune, bleu ou gris, qui donnent un côté pictural, reflet d’une âme tourmentée. Le décor de Bruno de Lavenère suggère l’enfermement, c’est la cour intérieure d’un riche palais, aux arcades finement ciselées, mais qui est aussi un univers carcéral, avec cette passerelle à l’étage, d’où Iago peut dominer l’action. La foule réunie est pleine de compassion pour Desdemona, publiquement humiliée, et le chœur occupe une place essentielle. Stefano Visconti a fait, une nouvelle fois, un impressionnant travail de chef de chœur, et certains moments particulièrement intenses attirent des larmes. Le chef d’orchestre Daniele Callegari atteint de tels sommets, et sa direction musicale est en totale symbiose avec la démesure de ce qui se joue sur le plateau, tout en sculptant d’ineffables demi-teintes.
Christophe Gervot
(...)Even strangers to this tragedy could have guessed the impending fates. It is always difficult to strike a balance between gracious depictions of death and penetrating examples of consequence. We were presented with a jarring and sickeningly undignified finish. The means of murder had the protagonists seeming small for the first time, with a defenceless Desdemona in no more than a nightgown. The literality of drowning figuratively laundered the characters of their power and impositions. Desdemona’s fortitude from the floor was harrowing and the final stitch in Otello’s transformation to wholly abhorrent was unmissable. We often believe that stories so old deserve some sort of revitalisation, and unfortunately, I’ve grown to expect that of pieces like this. But director Allex Aguilera confirmed that the only truly vital element is faith in what the Bard, Boito, and Verdi have had to say.
BRIDGET O’BRIEN
More reviews